Politique

La tension monte encore à gauche : Jean-Luc Mélenchon et le patron du PS s’écharpent par messages

"Incorrigible double langage !" Jean-Luc Mélenchon a invectivé Olivier Faure ce jeudi 17 août sur X (anciennement Twitter). À l’approche des élections sénatoriales, les tensions subsistent à gauche.

Il y a toujours plus d’eau dans le gaz au sein de la gauche. Jean-Luc Mélenchon et Olivier Faure se sont écharpés sur X (anciennement Twitter), ce jeudi 17 août, après l’interview de Nicolas Sarkozy au Figaro. L’ancien leader de la France insoumise a d’abord relayé un message du Premier secrétaire du Parti socialiste. Ce dernier, après le soutien appuyé de Nicolas Sarkozy à Gérald Darmanin lors de son entretien le 16 août, a écrit : "Les hostilités à droite ne font que commencer. À la gauche et aux écologistes de ne pas tomber dans la spirale mortifère de la division". Ce à quoi, Jean-Luc Mélenchon a répondu : "Incorrigible double langage ! Faire l'union en se divisant aux élections sénatoriales et européennes ?". La passe d’armes était lancée.

Des tensions vives au sein de la Nupes

Car le patron socialiste a immédiatement répondu, proposant à Jean-Luc Mélenchon une discussion en privé et de ne pas "s'invectiver sur Twitter, pour le plus grand plaisir de la droite et le désespoir de la gauche". Le tribun insoumis a une nouvelle fois riposté en relayant le message d’Olivier Faure, se plaignant que les socialistes aient écarté les membres LFI des prochaines échéances électorales. "Olivier Faure, je ne t’invective pas, au contraire de tes amis qui nous ont expulsé des listes aux sénatoriales et se préparent à en faire autant aux européennes et aux municipales", a-t-il ainsi écrit, dénonçant au passage des "choix sectaires".

Alors que la France Insoumise plaidait pour une liste commune, au sein de la Nupes, pour les élections européennes de 2024, les Verts et les communistes ont déjà un candidat. En ce qui concerne les sénatoriales, qui se tiendront le 24 septembre prochain, le Parti socialiste, les écologistes et le Parti communiste ont trouvé un accord partiel, et LFI n’y est pas inclus dans plusieurs départements, ce qui avait provoqué l’incompréhension des cadres du parti.

publié le 17 août à 14h40, LIlian Moy, 6Medias

Liens commerciaux