France

Violences sexuelles : Gérard Depardieu à nouveau dans la tourmente, 13 femmes l’accusent !

© Nevar Vitaly/Tass/ABACA

Dans un article de Mediapart, publié le mardi 11 avril, treize femmes accusent le comédien d’agressions et de violences sexuelles sur des tournages. Gérard Depardieu a été mis en examen pour “viols” en 2018.

Déjà mis en examen pour “viols” à la suite de la plainte déposée par Charlotte Arnould en 2018, Gérard Depardieu est accusé de violences sexuelles par treize femmes dans un article de Mediapart, publié le mardi 11 avril. Les faits dénoncés se seraient produits sur le tournage de onze films ou séries sur une période allant de 2004 à 2022.

Pour l’heure, Mediapart explique que trois femmes ont apporté leurs témoignages à la justice, sans pour autant porter plainte. Toutes craignent que leur parole ne pèse pas face à celle d’un “monument du cinéma français” et que l’affaire porterait un coup fatal à leurs carrières. “À chaque fois, le mode opératoire était très reconnaissable”, a confié Alice Godart, cofondatrice du collectif Paye ton tournage, connu pour dénoncer les violences sexuelles et sexistes dans le cinéma.

Des témoignages concordants

En effet, les témoignages se recoupent. Mediapart a recueilli les mots de comédiennes, maquilleuses ou techniciennes qui affirment “avoir subi une main dans leur culotte, à leur entrejambe, à leurs fesses ou bien sur leur poitrine ; des propos sexuels obscènes ; parfois des grognements insistants” de la part du comédien de 74 ans. Souvent, lorsqu’elles rapportaient les agissements de l’acteur, on leur aurait répondu : “Oh ça va, c’est Gérard !”

Une figurante du film Big House, sorti en 2015 et tourné aux États-Unis, accuse l’acteur d’avoir “essayé d’écarter culotte” afin d’insérer un doigt dans ses parties intimes. De même, Fabien Onteniente, le réalisateur de Disco (2008) et de Turf (2013) dans lesquels a joué Gérard Depardieu, a confié au média en ligne que l’acteur “était lourd avec les filles” sur le tournage des films et qu’il avait été alerté que le comédien aurait mis “des mains aux fesses” de figurantes sur le tournage de Turf.

Gérard Depardieu a pour sa part affirmé au média en ligne qu’il démentait “formellement l’ensemble des accusations susceptibles de relever de la loi pénale”, par l'intermédiaire de ses avocats. Mediapart révèle également que “lors de ses auditions dans le cadre de l’enquête judiciaire, le comédien s’est défendu d’être ‘un prédateur’”. Il se serait décrit comme un gentleman adepte de “la cour” et se serait dit “opposé à toute forme de violence, qu’elle soit verbale, physique ou psychologique” et même être “extrêmement pudique” sur les questions sexuelles.

publié le 12 avril à 09h55, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux