France

Attentat à Arras : Brigitte Macron apporte son "soutien à toutes les familles des victimes"

Le Première dame s’est exprimée pour la première fois lundi 16 octobre après l’attaque au couteau meurtrière dans un lycée à Arras vendredi 13 octobre. L’ancienne professeure de français a tenu à se montrer solidaire avec toute la communauté éducative.

Sa réaction était attendue. La Première dame Brigitte Macron, ancienne professeure de lettres, s’est exprimée lundi 16 octobre en direct sur BFMTV à propos de l’attentat perpétré dans un lycée d'Arras, au cours de laquelle un enseignant a perdu la vie. "Toutes mes pensées vont à la famille de Dominique Bernard, à ses proches, son épouse, ses enfants, tous ceux qui l'ont connu, parce qu'il faisait l'unanimité. C'est un professeur de lettres unanimement respecté, unanimement aimé. On pense très fort à lui, je pense également aux autres personnes qui ont été victimes et à toute leur famille", a-t-elle déclaré, en marge d’un événement organisé pour la fondation ELA.

Un message de tolérance et de bienveillance

Brigitte Macron a également souhaité apporter son soutien au corps enseignant du lycée Gambetta d’Arras mais également à tous les professeurs de France. "Je sais ce que c'est que d'appartenir à une communauté éducative, je sais aussi combien ils souffrent et je veux leur dire combien on est avec eux", a ajouté l’ancienne professeure de français. "Nous sommes tous solidaires, c'est très important qu'on le soit dans des moments comme aujourd'hui, que nous restions unis."

Dans sa prise de parole, la Première dame a parlé du message positif qu’il faut transmettre aux élèves, parlant notamment du harcèlement scolaire, de l’inclusion des personnes en situation de handicap et encore de donner une bonne définition de la laïcité. "En tant que professeur, nous avons la responsabilité des élèves. C’est à l’école que l’on se structure et c’est à l’école que tout arrive. Ce doit être un sanctuaire. On est dans le monde mais c’est aussi là qu’on apprend le monde. Il va y avoir de plus en plus de formations à la tolérance, à la bienveillance", a-t-elle conclu.

publié le 16 octobre à 12h22, Romain Strozza, 6Medias

Liens commerciaux