Société

Santé : l’inquiétante tendance à la hausse des cas de méningites

Avec plus de 80 cas recensés par Santé publique France, le retour à la hausse des cas de méningites inquiètent les professionnels de santé, comme l’explique France Bleu.

Alors que le nombre de cas était en baisse depuis deux ans, la méningite à méningocoques revient en force. Le niveau d’incidence est aujourd’hui élevé et progresse encore depuis le début de l’année, selon France Bleu.

À l’origine de maladies très graves, comme la méningite ou la septicémie, le méningocoque est une bactérie naturellement présente dans la gorge et le nez de beaucoup de personnes. La maladie peut alors dégénérer rapidement, se transmettant principalement par voie orale, via la toux et les postillons.

"La méningite est une maladie grave, qui peut provoquer des séquelles définitives et même des décès", explique la docteure Anne-Sophie Ronnaux-Baron, responsable du pôle régional de veille sanitaire à l’Agence Régional de Santé Auvergne-Rhône-Alpes. En 2022, dans cette région, l’ARS a appelé 56.000 jeunes à se faire vacciner, après avoir identifié seize cas dont un décès en un an. Un autre foyer de contamination a été repéré en Alsace, à Strasbourg, en novembre 2022. Elle a principalement ciblé des jeunes adultes ayant fréquenté des établissements nocturnes. Six cas provenaient d’ailleurs de la même souche bactérienne.

La vaccination fortement recommandée

Inscrit dans le calendrier vaccinal 2022, le vaccin contre la méningite permet de protéger contre les formes graves, qui se multiplient depuis la levée des gestes barrières mis en place lors de l’épidémie de Covid-19.

Pourtant, la vaccination ne protège pas contre deux souches actuellement en circulation, le W et le Y. Alors que la Belgique, les Pays-Bas et les États-Unis sont dotés d’un vaccin ciblant toutes les souches, nombreux sont les pédiatres français à souhaiter le développement d’une stratégie vaccinale similaire.

publié le 17 avril à 12h50, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux