Société

Décès d'un nourrisson de deux mois : un rapport accable un hôpital de Metz

En janvier 2022, la petite Jenna, deux mois à peine, décédait de déshydratation après un passage à l'hôpital Mercy de Metz. L'Est Républicain a révélé le contenu d'un rapport qui pointe du doigt la responsabilité de l'hôpital dans la mort de l'enfant.

Le contexte de la tragédie qui a conduit à la mort par déshydratation en janvier dernier de Jenna Es Sahel, un nourrisson de deux mois, après un séjour à l'hôpital régional Mercy de Metz, a été révélé vendredi 3 mars par L'Est Républicain. Le quotidien régional a eu accès à un rapport d'expertise médico-légale sur le décès du jeune bébé. Et celui-ci pointe du doigt une défaillance médicale. Six jours avant sa mort, Jenna était amenée par ses parents aux urgences pédiatriques de l'hôpital Mercy pour des vomissements et des diarrhées, d'où elle sera transférée pour être hospitalisée.

Le premier interne qui l'a examiné n'aurait relevé "aucun signe de déshydratation", et aurait décrit un "bébé tonique et réactif". Sauf que malgré la perfusion dont bénéficie Jenna, elle continue de faiblir et perd deux kilos en six jours. Malgré cela, l'équipe médicale considère qu'elle peut rentrer chez ses parents.

Une bactérie découverte

"Quand je suis arrivé à l’hôpital pour récupérer ma fille et ma femme qui était restée à ses côtés, j’ai vu la mort dans ses yeux", se lamente Saïd, le père de la petite, dans les colonnes de l'Est Républicain. Sur une vidéo partagée par le père de famille, on voit l'enfant extrêmement pâle, avec de grandes poches noires sous les yeux. Peu après, l'hôpital contacte les parents en urgence : une bactérie a été découverte dans l'urine de Jenna.

Ils se dirigent alors vers l'hôpital de Forbach, une commune elle aussi mosellane mais plus proche du cabinet du médecin situé à Saint-Avold. Malgré la prise en charge rapide, le bébé décède dans la soirée. Le rapport d'expertise a décelé de nombreuses fautes qui ont conduit à ce dénouement tragique. A commencer par la perfusion "insuffisante" pour la réhydratation de la petite lors de son premier passage en pédiatrie. Le document pointe également des "signes de déshydratation majeurs" non relevés et la nécessité de la prolongation de son hospitalisation.

"J'y ai (dans le rapport) découvert les derniers jours de ma fille", a soufflé Saïd. Un évènement accablant et d'autant plus douloureux pour la famille, que les parents avaient déjà perdu un petit garçon de huit mois, un an auparavant.

publié le 3 mars à 18h35, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux