Faits divers

Infirmière tuée à Reims : un suspect au profil troublant

© Capture d'écran Google Street View

En 2022, l’homme suspecté d’avoir mortellement blessée l’infirmière au CHU de Reims, lundi 22 mai, avait bénéficié d’une ordonnance de non-lieu pour irresponsabilité pénale dans des faits de violences aggravées, indique CNews.

"L’heure est au recueillement". Si la formule du ministre de la Santé, François Braun, exprimée à l’issue du drame survenu lundi 22 mai au CHU de Reims, sonne plus légitime que jamais, difficile de ne pas s’interroger sur le profil du suspect et sur ses motivations. L’homme a agressé au couteau une secrétaire médicale de 56 ans, ainsi qu’une infirmière de 38 ans. Cette dernière a succombé à ses blessures, mardi. Selon un communiqué du procureur de Reims, l’homme âgé de 59 ans aurait agi "sans mobile apparent".

Néanmoins, son état de santé psychiatrique, évoqué dans ce même communiqué, faisait état de "troubles sévères" ainsi que "d’une mesure de curatelle renforcée". De quoi s’interroger sur sa présence au CHU alors qu’il n’était pas suivi au sein de l’établissement. Sa mise en examen pour des faits de violences aggravées interroge aussi, elle avait abouti à un non-lieu pour irresponsabilité pénale en 2022, révèle CNews, mardi 23 mai.

Le Parisien révèle également que l'agresseur avait déjà poignardé quatre personnes dans la Marne en 2017. Alors qu'il était résident dans une structure spécialisée dans l'accompagnement des personnes souffrant d'un trouble psychique, il se serait attaqué à Une infirmière, un animateur, une aide-soignante et un chef de service de cet établissement.

Un dossier qui "devait tout prochainement être évoqué par la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Reims pour statuer sur les mesures de sûreté susceptibles d’être prises", explique un communiqué du parquet, souligne la chaîne d'information. Selon BFMTV, l’homme aurait déclaré aux enquêteurs "en vouloir au milieu hospitalier", dans son ensemble, car il aurait été "maltraité". Il aurait également affirmé qu’il "planterait" une blouse blanche à chaque fois qu’il en croiserait une, pour se venger.

La secrétaire médicale toujours hospitalisée

Pour l’heure, impossible de savoir ce qui aurait poussé cet homme armé d'un couteau à agresser deux employées de l’hôpital. Arme qui a par ailleurs été retrouvée dans son pantalon. Pour rappel, il s’était présenté sans rendez-vous au service "médecine et santé au travail" du CHU de Reims, avant de poignarder mortellement Carène Mezino, l’infirmière de 38 ans, dans un vestiaire de l’établissement. La seconde victime, une secrétaire médicale de 56 ans, est toujours hospitalisée. Le suspect, quant à lui, fait toujours l'objet d'une garde à vue.

Plusieurs membres du gouvernement, tels qu’Olivier Véran, Élisabeth Borne, ou encore François Braun, ont fait part de leur émotion, promettant de prendre les mesures nécessaires pour renforcer la sécurité des soignants.

publié le 23 mai à 14h30, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux