France

Les élus démissionnent à tour de bras : le cri d’alarme du patron des maires de France David Lisnard

Les démissions de maires et d’élus locaux atteignent un niveau jamais vu en France. Dans un entretien au Figaro, le président de l’association des maires de France (AMF), David Lisnard, déplore une tendance en augmentation constante.

238 maires, 773 adjoints et 2976 élus locaux démissionnaires depuis le début du mandat en 2020. Les chiffres de l’Association des maires de France (AMF) sont dévoilés par son président, David Lisnard, également maire de Cannes, qui s’exprime dans les colonnes du Figaro, dans son édition du lundi 3 avril.

L’élu évoque « une crise civique » sans précédent, avec des départs encore plus nombreux que lors du précédent mandat, qui avait déjà été très marqué par le phénomène. Il ajoute : “Les témoignages que je reçois sont édifiants. Des collègues alertent, comme dans la Loire-Atlantique, le Morbihan, la Mayenne et l’Allier, où il y a deux fois plus de démissions.”

“Cette réalité lasse et empire”

Pour expliquer ce phénomène, David Lisnard pointe quelques causes : crise de l’engagement, mais aussi “lourdeurs bureaucratiques”, “harcèlement textuel”. Des évolutions qui seraient dues à l’Etat, responsable d’une complication nouvelle : “L’exercice municipal est un casse-tête bureaucratique: le code de l’urbanisme est passé de 600 à 3600 pages depuis 1982, le code de l’environnement a été multiplié par dix depuis 2012 et le code général des collectivités territoriales a triplé en vingt ans.” David Lisnard conclut : “Cette réalité lasse et empire.”

En plus de ces difficultés nouvelles, les élus seraient aussi confrontés à une hausse des incivilités, notamment sur les réseaux sociaux de la part de “lanceurs d’alerte anonymes.”

Face à cette désertion, David Lisnard propose de renforcer la “liberté locale” : “Que l’État fasse son job en se recentrant sur ses missions régaliennes et que l’on cesse de multiplier les décisions contradictoires. (...) Il est impératif de retrouver de la responsabilité. Donc, de la liberté. ”

publié le 3 avril à 17h37, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux