France

Législatives anticipées : Raphaël Glucksmann assure que le Nouveau Front populaire n’est pas "un mariage d’amour"

À dix jours du premier tour des élections législatives, le Nouveau Front populaire ne fait pas l’unanimité à gauche. Raphaël Glucksmann assure aux électeurs être conscient des divergences entre les partis qui forment cette union.

L’union des différents partis de gauche dans un Nouveau Front populaire inquiète certains électeurs de gauche. L’alliance avec La France Insoumise ne met pas tout le monde d’accord, notamment à cause des propos tenus au lendemain des attaques du 7 octobre par certains insoumis comme Jean-Luc Mélenchon. En déplacement à Marseille, mercredi 19 juin, pour soutenir une candidate locale, Raphaël Glucksmann a évoqué cet accord devant les électeurs, rapporte BFMTV.

Le député européen confirme l’accord entre les différents partis de gauche et assure qu’il s’agit avant tout de faire face à l’extrême droite en proposant une alternative contre le Rassemblement national : "C’est une unité d’action électorale et de résistance électorale contre la perspective du pire."

Les divergences perdurent

Comme annoncé dès la création de ce Nouveau Front populaire, les divergences entre les partis persistent. Celles-ci avaient d’ailleurs été largement soulignées lors des débats pour les élections européennes. "Ce n’est pas un mariage d’amour, ce n’est pas un effacement des divergences profondes", confirme Raphaël Glucksmann. De quoi rassurer certains électeurs de gauche peu à l’aise avec l’idée de voter pour un candidat LFI si c’est le parti proposé dans leur circonscription.

publié le 20 juin à 07h03, Philippine Rouviere Flamand, 6Medias

Liens commerciaux