Clap de fin pour Le Grand Journal ?

Clap de fin pour Le Grand Journal ?©Xavier Lahache, Canal+

, publié le mercredi 08 février 2017 à 11h00

Devant les audiences en berne de l'émission, la direction de la chaîne envisage l'annulation comme solution.

L'issue était inévitable. Depuis le lancement de sa nouvelle formule à la rentrée 2016, LeGrand Journal n'a pas trouvé son public. En début d'année, seulement 124 000 téléspectateurs ont répondu présent à Victor Robert, l'héritier de Maïténa Biraben, remerciée par Bolloré en juin 2015. Un score loin de celui des géants de l'access que sont Touche pas à mon poste, C à vous ou le tout nouveau Quotidien, dont l'audience avoisine le million. D'après les informations de Puremedias, pour limiter les dommages, la direction de la chaîne souhaite supprimer l'émission de sa grille de programme. Même si rien n'est encore acté, les chances de retrouver la bande à Victor Robert la rentrée prochaine sont minces, et Le Grand Journal pourrait s'achever bien avant la fin de la saison.

Chronique d'une décadence

"Plus personne ne nous regarde, alors qu'on se défonce tous les jours. C'est peut-être mieux comme ça...", déplore un membre de l'équipe. Programme phare de la chaîne crytée, Le Grand Journal a fait les beaux jours de Canal+ pendant de nombreuses années, sous l'égide de Michel Denisot. Après le départ de ce dernier en 2013, Antoine de Caunes était parvenu tant bien que mal à sauver le navire. Mais le présentateur fut à son tour limogé et remplacé au pied levé par Maïtena Biraben, qui ne tiendra finalement qu'un an aux commandes de l'émission.

En septembre 2016, c'est Victor Robert, précédemment présentateur du JT de la chaîne, qui est désigné pour redorer le blason de l'émission. Symbole de l'ère Bolloré, ce nouveau Grand Journal, présenté par une armée de nouveaux chroniqueurs, se produit dans l'indifférence générale. La recette ne séduit pas le public et les audiences dégringolent face au poids de la concurrence. Son sort semble désormais scellé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.