Emeutes à Cuba : Aux cris de "Nous avons faim" et "A bas la dictature" des milliers de personnes descendent dans la rue pour piller des magasins

par Jeanmarcmorandini.com

Pris par surprise par des manifestations spontanées qui ont éclaté dans diverses villes du pays, dont la capitale La Havane, le président Miguel Diaz-Canel a donné aux révolutionnaires "l'ordre de combattre", les appelant à "sortir dans les rues où vont se produire ces provocations, dès maintenant et dans les prochains jours". Le gouvernement américain a réagi dès dimanche en mettant en garde les autorités cubaines contre tout usage de la violence à l'encontre de "manifestants pacifiques".

Manifestation contre le gouvernement à La Havane, le 11 juillet 2021

"Les Etats-unis soutiennent la liberté d'expression et d'assemblée à Cuba, et condamneraient fermement tout acte de violence ou qui viserait à prendre pour cible les manifestants pacifiques qui exercent leurs droits universels", a affirmé le conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, sur Twitter. Au total, selon le site de datajournalisme Inventario, une quarantaine de manifestations, éparpillées sur tout le territoire, ont été recensées dimanche.

La plupart ont été diffusées en direct sur les réseaux sociaux, dans ce pays où l'arrivée de l'internet mobile fin 2018 a porté les revendications de la société civile. A partir de la mi-journée, l'accès à la 3G a d'ailleurs été coupé dans une grande partie du pays. Il n'a été rétabli qu'en milieu de soirée. "Cuba n'est pas à vous!", criait notamment une foule rassemblée face à des bureaux du Parti communiste (PCC), seule formation politique autorisée à Cuba.

"Nous avons faim", "Liberté", "A bas la dictature" ont été quelques uns des autres slogans scandés au cours de cette journée mouvementée, dont le déroulé a poussé le président à se rendre à la mi-journée à San Antonio de los Baños, petite ville où le premier rassemblement a été signalé, puis à apparaître à la télévision d'Etat.

Des échauffourées ont éclaté, notamment à La Havane où les forces de l'ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes, tiré en l'air avec leurs armes et utilisé des tuyaux en plastique pour frapper des manifestants, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Plusieurs voitures de la police ont été renversées et endommagées par des Cubains en colère et de nombreuses détentions ont eu lieu.

Un important dispositif policier et militaire a été déployé dans la capitale et plusieurs villes de province.

S'il a reconnu "l'insatisfaction" que peuvent ressentir certains Cubains, face aux pénuries d'aliments et de médicaments, combinées aux coupures électriques quotidiennes, Miguel Diaz-Canel a également accusé l'ennemi de toujours, Washington, d'être à la manoeuvre.

"Il y a un groupe de personnes, contre-révolutionnaires, mercenaires, payées par le gouvernement américain, de façon indirecte à travers des agences du gouvernement américain, pour organiser ce genre de manifestations", a-t-il affirmé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.