Gao Yu : Pékin muselle "une voix libre"

par euronews-fr

La journaliste chinoise Gao Yu a été condamnée à sept ans de prison pour divulgation de "secrets d'Etats à l'étranger".

Les associations de militants des Droits de l'Homme, Amnesty International, Human Rights Watch, Reporters sans Frontières ont dénoncé ce jugement, et la mise en scène de sa confession publique (8 mai 2014), de même que Raphael Droszewski, représentant de l'Union européenne en Chine :

"Ce jugement accroît notre inquiétude générale sur la situation des défenseurs des droits de l'homme en Chine , notamment celle des journalistes et des blogueurs, qui ont été persécutés pour avoir exprimé leurs opinions ou exercer leur droit à l'information."

Ancienne rédactrice en chef-adjointe du magazine Economics Weekly, elle avait été arrêtée fin avril 2014, dans une vague de mises à l'écart de militants des droits de l'Homme à l'approche du 25e anniversaire de la répression du Printemps de Pékin place Tiananmen.

Selon Human Rights Watch, la justice chinoise reproche à Gao

Vos réactions doivent respecter nos CGU.