VIDÉO. Tiananmen : À Hongkong, la commémoration en guise de résistance

par Ouest France - La sélection de la rédaction

  • info

À Hong-Kong, la commémoration des manifestations de Tiananmen, qui a d'habitude lieu le 4 juin, est particulièrement mouvementée. Ce mouvement populaire avait commencé le 15 avril 1989 et pris fin le 4 juin de la même année, après une violente répression du régime chinois de l’époque, qui fit près d’un millier de morts. Depuis, les commémorations de cet événement sont interdites en Chine, où le sujet est censuré par les autorités. Hong-Kong, la commémoration de cet événement est un acte de résistance au régime chinois, qui tente d’imposer son autorité sur l’archipel, qui jouit, en théorie, d’une autonomie. D’habitude, les commémorations rassemblent des milliers de Hongkongais en signe de contestation contre la Chine. Le régime de Xi Jinping a donc interdit toute commémoration, invoquant le risque sanitaire, alors quie la ville n'a pas enregistré de cas de contamination locale en un mois. 7 000 policiers ont été déployés, et Chow Hang-tung, une des organisatrices d’une veillé d’hommage aux victimes de Tiananmen, a été arrêtée. Elle était une des rares figures du mouvement pro-démocratie à ne pas être en détention ou à ne pas avoir choisi l'exil. Malgré le risque, les habitants ont été invités à allumer des bougies chez eux ou dans leur quartier vendredi soir et à publier des messages sur les réseaux sociaux. C’est la deuxième année consécutive que cette commémoration y est interdite par Pékin, alors que le régime chinois a voté une loi sur la sécurité nationale en 2020, qui renforce son influence sur Hong Kong.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.