Unicef : la course contre la montre

par euronews-fr

Rafaële Tavernier, euronews:Jean-Jacques Simon, bonjour, vous êtes chef de la communication de l'UNICEF pour la région Asie du Sud, actuellement à Katmandou. On parle de près d'un million d'enfants très durement touchés par le séisme, quelle est votre principale préoccupation les concernant? Jean-Jacques Simon, chef de la communication de l'UNICEF, Asie du sud:Il y a des milliers d'enfants, comme vous l'avez dit, qui sont directement et indirectement affectés. Le plus directement, c'est lorsqu'ils ont perdu leur maison, parfois leurs proches, et qu'ils se retrouvent dans la rue du jour au lendemain. Donc, il y a plusieurs camps de fortune autour de la capitale et dans le reste du pays. Et bien entendu, il faut les assister d'une manière très très rapide en eau, en médicaments, et pour les plus petits, en nutrition. euronews:Alors, vous le dites, vous manquez cruellement de tout, est-ce que selon vous, l'aide humanitaire internationale met trop de temps à arriver? Jean-Jacques

Vos réactions doivent respecter nos CGU.