Une deuxième chance après la déscolarisation

par euronews-fr

Brésil : sombre passé, avenir brillant.Vigario Geral est l'une des favelas les plus dangereuses de Rio de Janeiro, dans une zone contrôlée par le crime organisé. Pourtant, elle abrite Afroreggae, un centre culturel un peu particulier créé il y a plus de vingt ans.C'est là que travaille Washington Rimas. Surnommé Feijao, il fait le lien entre les habitants et les institutions. Il traîne un passé sombre de violent baron de la drogue, mais Afroreggae a changé sa vie : "Afroreggae m'a offert une deuxième chance, grâce à José Junior. C'est lui qui a décelé les qualités en moi que seuls les hors-la-loi avaient vues quand j'étais enfant. En discutant pendant deux heures, il m'a fait la liste des qualités dont je n'avais même pas conscience. Afroreggae m'a transformé en quelqu'un qui s'exprime bien, un médiateur dans les situations de conflit, quelqu'un capable de sauver les gens d'un monde de criminalité."Quand Feijao a commencé à travailler au centre culturel, il est allé dans la rue pour trouver des jeunes qui voulaient participer à des cours de musique, de danse. Une opportunité unique et concrète pour des enfants et des adolescents issus de familles pauvres.Ici, ils travaillent sur le concept selon lequel l'humain est un modèle. L'histoire d'une personne parvenant à surmonter une situation, un environnement difficile peut inspirer d'autres enfants."J'ai commencé la danse il y a deux ans, dit Daniella. J'ai vu des vidéos sur internet, j'ai bien aimé et j'ai décidé que je voulais être une danseuse étoile. J'aime faire des exercices et m'entraîner dur.""Certaines filles n'avaient jamais vu de ballerines avant. Mon dieu, c'est quelque chose si simple et si compliqué à la fois. Je suis pleinement satisfaite : c'est merveilleux de travailler avec ceux qui ont besoin d'un futur", réagit Creusa da Silva, professeure de danse classique.Ici toutes les musiques ont leur place, des rythmes africains au classique en passant par le rock. Les élèves participent avec leur...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.