Un jeune sur cinq n'exprime pas de condamnations fermes à l'égard des frères Kouachi, selon un sondage Ifop

par BFMTV

Cinq ans après les attentats de Charlie Hebdo, l'Ifop publie un sondage traitant du droit au blasphème, des caricatures et de la liberté d'expression en général. L'esprit "Charlie" ne se serait pas dissipé chez la plupart des Français. Mais une partie de la jeunesse ne condamnerait pas les agissements des frères Kouachi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.