Ukraine : pressions diplomatiques avant la fin du cessez-le-feu

par euronews-fr

Le fragile cessez-le-feu, décrété il y a dix jours et qui expire ce lundi soir, dans l’est de l’Ukraine, va t-il être une nouvelle fois prolongé ? C’est ce qu’a demandé Vladimir Poutine lors d’un entretien téléphonique avec son homologue ukrainien Petro Porochenko, François Hollande et Angela Merkel ont également participé à cet échange. De nouvelles discussions sont prévues dans la journée. Les Occidentaux exhortent notamment Moscou à mieux contrôler la frontière, pour empêcher, disent-ils, l’entrée d’armes et de combattants. Certains postes frontières, comme ici près de Louhansk sont en effet aux mains des insurgés. “Si le gouvernement ukrainien continue sa soi-disant opération “anti-terroriste”, le nombre de réfugiés va de nouveau augmenter”, déclare ce milicien prorusse.Comme cette famille, ils sont des dizaines de milliers à fuir la région du Donbass depuis le déclenchement de l’offensive ukrainienne, il y a deux mois et demi. “Dès que la paix sera là, je reviendrai immédiatement”, dit cette femme, “je veux vraiment vivre en paix”.Pour le président Porochenko, l’objectif du cessez-le-feu est de permettre l’ouverture d’un dialogue de paix avec les insurgés. Mais Kiev est aussi sous pression d’une partie de l’opinion qui appelle au contraire à intensifier les opérations militaires dans l’est.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.