Tensions et couvre-feux dans l'Est de la Turquie

par euronews (en français)

Les militants du PKK, le parti des travailleurs du Kurdistan, enterre quotidiennement leurs morts à Diyarbakir, dans l’est de la Turquie. Ce jeudi, comme souvent, les funérailles se sont terminées dans la violence. La police a dispersé la foule qui se dirigeait vers le centre-ville à l’aide de canons à eau.

Le quartier de Sur, centre historique de la ville est sous couvre-feu depuis trois semaines.

Situées près des frontières de l’Irak et de la Syrie, les villes de Cizre, Silopi, et Nusaybin, considérées comme des bastions du PKK, sont depuis début décembre sous couvre-feu et sous blocus de l’armée.

Ici, à Cizre, les gens n’ont pas pu sortir de chez eux depuis dix jours. Ils n’osent s’aventurer dans les rues que pour acheter de quoi subvenir à leurs besoins auprès des vendeurs ambulants

“Je distribue ces oeufs parce que les gens sont pauvres. Il n’y a pas d’eau, pas de téléphone. Les transports sont interrompus. Les routes sont coupées. Qu’est-ce que c’est que ça ? Ils font p

Vos réactions doivent respecter nos CGU.