Télétravail : les déjeuners peuvent-ils être indemnisés ?

par LCI

  • info

Manger tout en continuant de travailler. Laëtitia est cadre dans une grande entreprise. Elle est en télétravail depuis un an et partage ses repas avec son mari. Fini les déjeuners avec ses collègues à la cantine, subventionnés par son entreprise. Elle dépensait en moyenne 6 euros, c'est bien plus aujourd'hui. "Là, on est entre 12 à 15 euros par repas. Donc, ça fait un vrai budget, un manque à gagner à la fin du mois, quand on est en télétravail tous les jours à la maison", se confie-t-elle.Le budget repas des télétravailleurs à augmenter en moyenne de 150 euros par mois. Parfois, sans compensation, car ce n'est pas une obligation légale pour les entreprises. La seule contrainte pour l'employeur, c'est de respecter le principe d'égalité entre les salariés, inscrit dans le code du travail. "S'il donne des tickets restaurant à des salariés qui sont sur site, alors qu'il y a un restaurant d'entreprise. Alors, il doit continuer d'en donner aux salariés qui sont en télétravail", explique Me Isabelle Schuké-Niel, avocate spécialiste du droit du travail à Paris.Respecter l'égalité entre les salariés, c'est l'option retenue par l'entreprise qui emploie Odile. Formatrice en informatique, elle passe ses journées en visioconférence chez elle. Comme elle ne peut plus aller à la cantine, c'est la cantine qui vient chez elle. Des repas préparés par des cuisiniers et livrés dans des bocaux, dix euros la portion, entièrement prises en charge par son employeur. Des solutions variables selon les entreprises qui se négocient au cas par cas. Il n'existe pas aujourd'hui de cadre précis pour indemniser les repas des quelque 5 millions de télétravailleurs en France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.