Stalingrad, un quartier de Paris sous l’emprise du crack

par LCI

  • info

À deux kilomètres de Montmartre, dans ce jardin public parisien, des consommateurs de cracks se trouvent à côté des passants et des promeneurs. Le crack, un mélange de cocaïne et d’ammoniaque, très addictif, est fumé toute la journée dans ce parc, devenu depuis trois semaines, le point de chute des consommateurs. Une volonté du pouvoir public pour limiter géographiquement le problème. En conséquence, la moitié du parc est devenue un supermarché de la drogue à ciel ouvert, avec des dealers et plusieurs centaines de clients. Les effets du crack ont souvent de lourdes conséquences sur le cerveau. Les CRS sont déployés à l’entrée, non pas pour stopper les trafics, mais pour surveiller les violences et dérapages qui éclatent tous les jours. Dans tout le quartier, les consommateurs de crack sont présents, y compris dans le métro où la situation empire. Elle existe depuis une trentaine d’années à Paris. Place Stalingrad, sanctuaire du crack en Europe comme le déplore elle-même la mairie de l’arrondissement. La solution est-elle alors de proposer plus de salles de consommation pour les fumeurs de crack ? Paris n’en compte qu’une seule actuellement, ce que déplore cette association qui effectue un long travail d’accompagnement depuis des années. Pour l’heure, la mairie de Paris et la préfecture privilégient plutôt la solution du parc afin d’encadrer la consommation des cracks, mais les riverains sont à bout et se mobilisent. Découvrez l’intégralité du reportage dans la vidéo ci-dessus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.