Semaine sainte : le rôle essentiel des confréries en Corse

par LCI

  • info

Elles sont nées, pour les plus anciennes, en Europe au XIe siècle. Les 90 confréries corses toujours actives se sont développées dès le XIVe siècle. Aujourd'hui encore, la tradition continue sur l'ensemble de l'archipel. Avant les célébrations, il faut revêtir la tenue. Un moment solennel, le rituel est immuable. Sur l'île, la plupart des confréries sont devenues mixtes. Les patronnes aujourd'hui sont des femmes. C'est rare une consœur prieur pour une confrérie, mais ça arrive.Des portes d'Ajaccio au vieux Port de Bastia, le même discours et le même engagement portés par des laïques qui ont la foi, la confrérie a toujours un rôle social mais aussi cultuel et culturel. Lors des célébrations de la Saint-Joseph à quelques jours de la Semaine sainte, l'archiconfrérie bastiaise a bravé l'interdit pour sortir son Saint. Être confrère à l'âge de quatorze ans comme Gérard, chacun a sa confrérie en héritage. Honorer les siens, sa langue et avoir la foi, un messager simple qui attend son apogée lors de la Semaine sainte.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.