Séisme au Népal : les secours s’organisent

par libezap

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius a déclaré mardi que la situation au Népal reste «extrêmement difficile» à cause des «répliques sismiques», «des orages», de «l’isolement de certaines régions» et des «problèmes de communication». Le Népal est un pays «accidenté», «montagneux» et «difficile d’accès», ce qui laisse croire au président de la Croix Rouge Jean-Jacques Eledjam que le nombre de morts risque d’être «important». Le moine boudhiste Matthieu Ricard estime que le gouvernement népalais ne dispose pas des «moyens» nécessaires pour faire face à cette catastrophe. «Le pays est dépassé.»

L’aide internationale commence à arriver à Katmandou, la capitale du pays. L’Inde, le Pakistan et la Chine ont envoyé du personnel et du matériel. Des équipes françaises de secouristes et de médecins sont en route pour le Népal afin d’y apporter une aide de première urgence à la population. La priorité, explique l’ancien président de Médecins sans frontière, ce sont «les soins médicaux», «la prise en charge des population», «le déblaiement des voix de passage» et «la remise en route des moyens de communication».

Le Népal a été frappé par un séisme de magnitude 7,8 samedi provoquant la mort de 4 300 personnes, dont deux Français. Ce séisme est le plus meurtrier depuis 80 ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.