Roumanie : premier procès d'un chef de prison communiste

par euronews-fr

Un procès historique s’est ouvert mercredi en Roumanie : celui du commandant d’une des prisons les plus dures de l’ancien pouvoir communiste. Alexandru Visinescu est accusé d’y avoir instauré un “régime d’extermination” pendant 7 ans, de 1956 à 1963. Au moins 14 détenus en sont morts. “ Nous avons transmis à la Cour des rapports signés par lui-même, par Visinescu, raconte l‘épouse du Général Ion Eremia, ancien prisonnier de l‘établissement de Ramnicu Sarat. Il demandait un isolement complet des détenus dans des conditions terribles, pendant d’innombrables jours. Tout cela peut être vérifié dans le dossier. Mon mari n‘était pas nourri.”L’accusé est poursuivi pour crimes contre l’humanité et risque la prison à perpétuité. 25 ans après la chute du régime totalitaire, c’est la première fois qu’un tel procès a lieu en Roumanie. “Un crime reste un crime, peu importe quand il a été commis, explique l’historien Andrei Muraru, ancien président de l’Institut roumain de recherche sur les crimes du communisme (IICCMER) qui est à l’origine de la demande de poursuites contre M. Visinescu. Je crois que ce procès est important pour la société roumaine, car il montre l’ampleur des crimes perpétrés par le régime communiste pendant les années 50 et 60.”Agé aujourd’hui de 89 ans, Visinescu rejette les accusations. Il se présente comme un simple exécutant qui “respectait les ordres de la direction”. Selon des sources proches du dossier, il pourrait plaider l’aliénation pour obtenir un acquittement. Après une audience d’une heure, le procès a été ajourné au 22 octobre. Il pourrait durer des mois, voire des années. Au total, plus de 600.000 personnes – intellectuels, opposants politiques, officiers ou prêtres – ont été détenues entre 1947 et 1989 dans les prisons et les camps de travail communistes en Roumanie.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.