Réfugiés : un filtrage se met en place, sur fond de crainte sécuritaire

par euronews (en français)

Un ferry qui accoste dans le port du Pirée en Grèce. A son bord, plus de 1500 réfugiés. La police grecque a procédé, là, à de nouveaux contrôles.

C’est une des conséquences des attentats de Paris : la peur que des djihadistes soient infiltrés parmi les nouveaux arrivants.

Pour limiter le flux, les autorités macédoniennes et serbes ont décidé de n’autoriser le passage qu’aux ressortissants de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan. Les autres se trouvent donc bloqués à la frontière grecque.

Cette situation est qualifiée d’ “intenable” par plusieurs agences des Nations Unies.

L’ONU dénonce les restrictions imposées aux #réfugiés aux frontières des #Balkans.

Audio Le_HCR Radio_ONU – https://t.co/5P3gP821jL— UN Geneva (@UNGeneva) 20 Novembre 2015

“Si on ne passe pas la frontière, on va mourir, assure Sayed. On ne fera pas marche arrière. On a traversé 5 pays pour arriver là. On ne peut s’arrêter là“.

Depuis le début de l’année, plus de 800 000 personnes sont arrivées en Europe, la p

Vos réactions doivent respecter nos CGU.