Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : le profil du prédicateur musulman en garde à vue

par LCI

  • info

Il s'appelle Abdelhakim Sefrioui, et ce n'est pas un inconnu des services de renseignement. Prétendant s'exprimer au nom du Conseil des Imams de France, bien qu'il n'en fasse plus partie depuis 2015, ce personnage sulfureux, fiché S, est considéré comme un activiste de l'Islam radical depuis de nombreuses années. Celui qui le connaît bien, c'est Hassen Chalghoumi, ancien imam modéré de la Mosquée de Drancy (Seine-Saint-Denis). Il avait dû la quitter face aux menaces de ce prédicateur islamiste et de ses supporters, qui ne cachaient pas leur haine d'un Islam intégré respectant les lois de la République. "Ils m'ont diabolisé, ses discours, c'est de diaboliser la personne, de ramener la haine contre lui", a-t-il rappelé.Abdelhakim Sefrioui s'est distingué depuis dix ans par ses prêches violemment antisémites. Il est une figure publique proche des frères musulmans qui organisent à Paris des manifestations anit-israéliennes, mais sans jamais franchir jusque-là les frontières de la légalité comme beaucoup de ses prédicateurs radicaux. "Ils ont un certain charisme, ils impressionnent leur communauté. Et ce sont ces gens-là qui vont fouiller dans les esprits faibles pour les retourner en faire des terroristes potentiels", a fait savoir René-Georges Querry, ancien chef de l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste. Niant toute responsabilité dans la mort de Samuel Paty, l'homme est toujours en garde à vue jusqu'à mercredi comme les dix autres personnes interpellées dans les heures qui ont suivi l'attentat terroriste.Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 18/10/2020 présenté par Audrey Crespo-Mara sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 18 octobre 2020 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.