Prison ferme pour l’homme qui a giflé Macron : le récit de l’audience

par LCI

  • info

Pour la gifle portée au président de la République, Damien Tarel, visage couvert, est emmené directement en prison après son procès. Une audience qui aura permis d’en savoir plus sur sa personnalité. L’acte commis lors de la visite du président était-il prémédité ? L’agresseur a livré sa version de la scène. “Il s’est dirigé vers moi. Ça m'a surpris, j’ai vu son regard sympathique et menteur qui voulait faire de moi un potentiel électeur. L’acte est regrettable mais je n'ai pas envisagé de le commettre”. Selon lui donc, la gifle n’était pas réfléchie. Un peu plus tard, il avoue pourtant avoir voulu agir contre le président. “Quelques jours avant, on a envisagé de prendre un œuf ou une tarte à la crème”. Prémédité ou pas, pour cette agression, Damien Tarel, auparavant inconnu des services de police, a été condamné à 18 mois de prison dont quatre ferme, acceptée par ce proche. Ce jeudi après-midi, le tribunal a également tenté de comprendre les éventuelles motivations politiques de cet homme bénéficiaire du RSA, qui n’a travaillé que deux ans sur les huit dernières années. “Je me suis senti investi parce que représentants les Gilets jaunes”. Le procureur l'interroge ensuite sur ses tendances complotistes, Damien Tarel a visité des sites remettant en cause l’existence des chambres à gaz. En plus de sa peine d’emprisonnement, Damien Tarel devra être suivi psychologiquement. Il a aussi été interdit de détenir des armes pendant cinq ans et privé de ses droits civiques pour les trois prochaines années. Il a dix jours pour faire appel.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.