Présidentielle américaine : face à la défaite, le camp républicain réagit

par LCI

  • info

Lorsque la nouvelle tombe, nous sommes dans un petit coin rural de la Géorgie, à Covington, une terre trumpiste. "Biden vient d'être élu président, il y a une minute". Cette information ne semble pas surprendre ces soutiens de Donald Trump, résignés. "Maintenant, il faut que Trump se dépêche de passer à autre chose. Qu'on reprenne le cours de nos vies. Il est millionnaire, je ne me fais pas de souci pour lui", déclare un ouvrier. L'autre pense déjà à la suite dans quatre ans. "Je pense que la fille Donald Trump Ivanka se présentera en 2024. Et ce sera une bonne chose, c'est une bonne femme d'affaire. En attendant puisque Biden est président, il a mon soutien, j'espère qu'il travaillera bien".Un peu plus loin, ce plombier qui a voté Obama en 2012 puis Trump en 2016, voudrait bien aussi que le candidat républicain admette sa défaite. "Son combat juridique ne sert plus à rien. Il a perdu. Et puis son parti républicain ne le soutient même plus. Il est tout seul aujourd'hui".À 20 minutes de là, dans un quartier résidentiel propre et très calme, un groupe de miliciens pro-Trump se prépare à manifester à Atlanta avec des propos pas très démocratiques. "Non madame, je n'accepterais pas Joe Biden comme président. Il y a de la fraude. J'ai manifesté chaque semaine pendant le mandat d'Obama. Ce sera pareil cette fois, je protesterais pacifiquement", se confie Chris Hill, chef de la milice "Three Percenters" de Géorgie. Aucun électeur de Donald Trump ne pense en tout cas pas qu'il va disparaitre, lui, qui aura tout de même obtenu plus de 70 millions de voix en sa faveur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.