Pollution des masques chirurgicaux : l'initiative d'une habitante de la Haute-Vienne

par LCI

  • info

Parfois, les masques chirurgicaux sont abandonnés par terre. Pourtant, ils mettraient plusieurs siècles à dégrader. À Rilhac-Rancon, les habitants ont désormais la possibilité de les jeter dans des bacs en carton en vue de leur traitement. L'idée vient de Marie-France Pascault, déjà sensibilisée aux questions du tri des déchets. Elle a convaincu la municipalité de lutter contre cette nouvelle pollution.En quelques semaines, sept points de collecte ont été mis en place dans une école primaire. La fabrication des bacs et la récolte coûtent seulement 80 euros par mois. La seule inconnue reste la quantité de masques récupérés qui a pesé dix kilogrammes lors de la première collecte. Une masse facturée un euro par l'entreprise chargée du traitement.Incinérés dans un premier temps, les masques pourraient permettre à terme la création d'une nouvelle filière de recyclage de plastique avec des emplois à la clé. Quant à la commune, si l'opération devient un succès, elle envisage déjà de développer d'autres points de collecte.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.