Mort de Naomi: les zones d’ombre à éclaircir

par BFMTV

La famille de Naomi Musenga, décédée le 29 décembre dernier après avoir contacté les secours, a pris la parole pour la première fois ce jeudi. Les parents de la victime veulent que "justice soit faite" pour leur fille "aimée de tous". Le rapport du médecin légiste évoque une "défaillance multi-viscérale sur choc hémorragique" mais aussi une "putréfaction avancée" du corps. "Pourquoi on n'a pas répondu à son appel et pourquoi l'autopsie n'a pas été faite à temps ? Pourquoi on a laissé le corps de ma fille en putréfaction ?", s'est insurgé Mukole Musenga, le père de Naomi, qui assure par ailleurs qu'elle n'avait pas d'antécédents médicaux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.