Mise au point du Dr Gérald Kierzek sur la vaccination des publics fragiles

par LCI

  • info

“C’est une bonne nouvelle pour les personnes qui sont obèses”, souligne le docteur Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'hôpital Hôtel-Dieu (AP-HP) à Paris. “On rappelle, c’est un IMC, Indice de masse corporelle supérieur à 30 ou c’est plus que du surpoids, c’est de l’obésité. C’est un facteur de risque majeur de se retrouver en réanimation, de développer une forme grave. Effectivement, cela fait des semaines et des mois que l’on insiste sur ce public prioritaire”, précise-t-il. “Depuis avril 2020, il y a un an, on sait que quasiment un patient sur deux est obèse. On sait que indépendamment de toutes les autres maladies, l’obésité est vraiment un facteur de risque majeur”. À lui d’ajouter que “s’il y a eu autant de décès aux États-Unis, c’est parce que deux adultes sur cinq sont obèses. Ils ont payé un très lourd tribut”. Le consultant de TF1-LCI détaille également “après, il va falloir aller graduellement pour aller chercher d’autres personnes fragiles”, parce que ce sont eux qui risquent de se retrouver en réanimation. Emmanuel Macron a aussi affirmé que la vaccination sera ouverte à toutes personnes de plus de 18 ans, à partir du 15 juin. Cette vaccination massive sera-t-elle une bonne stratégie ? Dr Kierzek y répond : “Sur la base du volontariat, il n’y aura pas d’obligation. Je pense qu’il vaut mieux aller chercher tous les publics fragiles. Et de manière exhaustive, chercher prioritairement les diabétiques, les hypertendus, les personnes âgées qui refusent la vaccination”

Vos réactions doivent respecter nos CGU.