Menaces, critiques et fatigue : le ras-le-bol des policiers

par LCI

  • info

Pour les policiers, rendre hommage était indispensable, tel un devoir. L'assassinat de Stéphanie, cette fonctionnaire de police et mère de famille de 49 ans, sera dans toutes les têtes ce lundi à 17 heures 30. Plusieurs syndicats de police ont appelé les effectifs à se recueillir en mémoire de leur ancienne collègue. Cette dernière "était non armée et n'était pas formée à se protéger", affirme Denis Jacob, secrétaire général d'Alternative police.Les rassemblements se feront dans le calme. L'heure n'est pas aux polémiques. Les policiers savent que le risque zéro n'existe pas, notamment dans la lutte contre le terrorisme. Mais le climat actuel de violence dont ils sont souvent victimes pèse lourd sur leur moral. "Il y a forcément de l'abattement, de la déception et de la colère", explique Grégory Joron, secrétaire général délégué du syndicat Unité SGP Police FO.L'enquête, elle, se poursuit. Trois proches de l'assaillant sont toujours en garde à vue. Face aux enquêteurs, tous répètent tomber des nues et n'avoir jamais imaginé leur ami capable de semer ainsi l'horreur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.