Marine Le Pen s'en prend violemment au Ministre de la justice Eric Dupont-Moretti qui lui répond en l'accusant de "mentir éhontément"

par morandini

Ce dimanche 6 septembre à Fréjus, Marine Le Pen a étrillé le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti, sifflé à plusieurs reprises par la salle. « Dupond-Moretti, c’est Taubira (ancienne ministre socialiste de la Justice, NDLR) en pire », a lancé la présidente du Rassemblement national, candidate déclarée à la présidentielle 2022. Comment peut-on agir quand on nie la réalité ?, a-t-elle demandé. "Le ministre de la Justice préfère des alternatives à la prison alors que l’alternative à la prison, ça s’appelle la liberté et pour la société, ça s’appelle le danger.

"C’est une véritable barbarie qui s’installe, or avec la barbarie, on ne négocie pas, on la combat, a dit Marine Le Pen devant ses militants. Cet été fut un été meurtrier, […] comme si l’intarissable promesse du vivre-ensemble se retournait contre ses promoteurs au pouvoir, a encore déclaré la dirigeante d’extrême droite, fustigeant un pouvoir plus occupé à faire croire qu’à faire.

Marine Le Pen faisait allusion à plusieurs faits divers violents cet été, vus par son parti comme un ensauvagement de la société, un terme repris par plusieurs ministres et leaders de la droite.

Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti avait dénoncé à cet égard une surenchère populiste, expliquant que la France n’était pas un coupe-gorge. Dans l’ultraviolence, Marine Le Pen a vu en partie une conséquence de l’immigration anarchique et incontrôlée imposée aux Français depuis des années, même si, a-t-elle concédé, les immigrés sont parfois les premières victimes de ces violences.

Éric Dupond-Moretti a rétorqué sur Twitter que Mme Le Pen ment éhontément et (qu’il) le prouverait aux Français. Des mots de plus en plus forts et des idées de plus en plus populistes, a-t-il écrit.

Mme Le Pen ment éhontément et je le prouverai aux Français. Des mots de plus en plus forts et des idées de plus en plus populistes. Près de 40 ans après son abolition, elle reparle de la peine de mort.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.