Mais où sont passés les panneaux de Dieudonné ?

par Le Parisien

Quel est le rapport entre Dieudonné, l'humoriste controversé et une toute petite commune calme et paisible de l'Oise ? A priori aucun. Et pourtant cette bourgade de 850 âmes est devenue ces quinze derniers jours la cible récurrente de fans adeptes de la tristement nommée « quenelle ». Il suffit de passer devant l'un des panneaux d'entrée de la ville pour y voir un peu plus clair. Le nom de cette commune oisienne se nomme tout simplement Dieudonné.

L'histoire aurait pu s'arrêter là. Mais depuis une quinzaine de jours, deux panneaux de ville ont disparu. Volés. La semaine dernière, des drapeaux français et allemand, fixés sur un chapelet d'ananas ont été retrouvés suspendus sur l'un des quatre panneaux rescapés. Des photos de quenelliers prises devant l'entrée de Dieudonné circulent aussi sur les réseaux sociaux.

Exaspéré par cette mauvaise publicité et par les disparitions répétées de ses panneaux, le maire de Dieudonné, Alain Lerivérend s'est finalement décidé à déposer plainte... contre X. Un brin fataliste. « Je veux qu'on laisse ma commune tranquille, souffle-t-il. Il y a d'abord eu un premier panneau volé, puis la semaine dernière, un deuxième. J'ignore qui a fait ça. Je me doute que c'est lié à l'autre Dieudonné, celui qui est célèbre. Mais je ne tiens pas à voir la ville associée en quoi que ce soit à ce triste personnage », tempête l'élu, qui a longuement hésité à évoquer l'affaire devant la presse, de peur d'entretenir malgré lui un buzz qui le dépasse, et de perdre encore un panneau de ville. « Remarquez, il n'en reste plus que trois à voler », sourit-il.

Parce qu'aujourd'hui, pas question de remplacer les deux écriteaux manquants à l'appel. S'il compte en commander de nou

http://www.leparisien.fr/#xtor=AL-1481423430

Vos réactions doivent respecter nos CGU.