Lits de réanimation : pourquoi n’en a-t-on pas créé davantage ?

par LCI

  • info

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé vendredi 9 octobre une enveloppe de 50 millions d’euros pour aider les hôpitaux à ouvrir 4 000 lits de réanimation supplémentaires, dès décembre prochain. Certains se demandent déjà pourquoi on ne les a pas créés juste après la crise du printemps dernier. Sur les 52 lits du CHU d’Amiens, par exemple, seuls six sont occupés actuellement par des patients Covid. Pendant la première vague, l’hôpital avait augmenté sa capacité de réanimation en déprogrammant d’autres soins. Il sera donc difficile de retarder à nouveau un certain nombre d’actes chirurgicaux, qui ont déjà été retardés en mars et avril 2020. Selon le gouvernement, le nombre de lits de réanimation pourrait grimper jusqu’à 12 000 en France. Au pic de l’épidémie, près de 7 000 ont pu être mis en place. En ce mois d’octobre, un peu plus de 5 000 seulement sont opérationnels dans ces services. Alors, pourquoi n’a-t-on pas pu maintenir un niveau si élevé ? Il y a déjà la reprise des opérations, mais surtout un manque de personnel. Au printemps, seuls trois zones ont été fortement touchées par l’épidémie. Elles ont donc pu recevoir des renforts de soignants venant d’autres régions. Cela n’est plus envisageable aujourd’hui car toutes les régions sont plus ou moins impactées par l’épidémie. En France, 500 à 600 lits de réanimation seraient fermés faute de personnel qualifié.Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 10/10/2020 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 10 octobre 2020 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.