Les ventes d’armes en hausse à Nice suite à l’attentat de la Basilique

par LCI

  • info

Les Niçois se sentent-ils particulièrement menacés ? Le bénévole d'un lieu de culte préfère rester discret, mais il accepte que nous le suivions dans la réserve. Sur une étagère, un pistolet qui tire des balles en caoutchouc. Il n'est pas besoin d'avoir un permis pour avoir le droit d'en détenir. Si cette arme ne peut pas tuer, pour lui, elle sert avant tout à se rassurer. Depuis l'attentat du 29 octobre, les fidèles de ce lieu se préparent à l'éventualité d'une attaque.Le dernier attentat a-t-il eu un effet sur les ventes d'armes de défense ? Sur la dizaine d'armuriers à Nice, au moins l'une d'entre elles constate une augmentation depuis dix jours. Un gérant affirme avoir eu une quinzaine d'armes en stock qui sont toutes partit dans la journée, alors que d'habitude, il s'agit d'un achat assez ponctuel. Des dames de 70 ans, des pères de famille, des jeunes de 18 ans et des commerçants sont venus s'équiper dans sa boutique. S'il suffit d'être majeur pour avoir le droit d'en acheter, il est interdit de les garder sur soi. Elles doivent rester à la maison. Mais tous les Niçois ne sont pas de cet avis qu'il faut s'armer pour ne pas se sentir démuni.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.