Les secrets des bottereaux nantais

par LCI

  • info

Après les galettes et les crêpes, place aux gourmandises de saison dans les boulangeries. Tout autour de Nantes, elles sont appelées "bottereaux". Sans bien connaître l'origine de l'appellation, on en raffole jusqu'à Mardi gras. Entre beurre et friture, les bottereaux ne manquent pas de gras. Dans son fournil, à Saint-Sébastien-sur-Loire (Loire-Atlantique), Jean-Yves Gautier suit une recette qu'il tient d'une ancienne voisine. Farine, œufs, sucre... il se sert notamment de "matières premières nobles" utilisées dans les fermes autrefois. Pour la touche professionnelle, le boulanger-pâtissier sépare le blanc des œufs pour les monter en neige. Cela rendrait la pâte de gâteau moins dense. Une fois la pâte étalée et découpée en losanges, chaque pièce est frite. Les bottereaux gonflent en moins de dix minutes dans une huile à 160 degrés. Ils seront ensuite essorés puis saupoudrés de sucre semoule, et le tour est joué. Des gourmandises à déguster en famille ou entre voisins. Que ce soit avec un peu de vanille, du rhum ou de la fleur d'oranger, beaucoup font leurs propres bottereaux chez eux à partir d'une recette ancestrale et simple.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.