Les réseaux sociaux peuvent-ils bannir un abonné de façon arbitraire ?

par LCI

  • info

Alors que Donald Trump était de retour sur les estrades hier en Caroline du Nord, c'est le silence radio sur son compte Facebook. Il est exclu du réseau social jusqu'en 2024. Comme sur Twitter, l'ancien président paie ses outrances du 6 janvier dernier. "Cette élection nous a été volé", une déclaration diffusée sur Facebook, puis supprimée au moment même où ses partisans prenaient d'assaut le Capitole.Quelles sont les coulisses de cette décision controversée de Facebook ? Son patron, Mark Zuckerberg, affirme que c'est son conseil de surveillance, 20 personnes indépendantes de l'entreprise, qui a décidé. Depuis la Californie, le vice-président de Facebook a répondu : "Face à de tels actes, on ne pouvait pas rester les bras croisés à attendre que les responsables politiques définissent les règles à suivre dans telle circonstance".Facebook n'exerce-t-il pas une sorte de censure au niveau mondial, alors qu'il y a des pays comme la France qui ont d'autres valeurs ? "Non, je ne suis pas d'accord. Tout le monde accepte que la liberté d'expression est un principe fondamental, mais ce n'est pas un principe sans limite", explique Nick Clegg. Les réseaux sociaux, dans ce cas, ne se placent-ils pas au-dessus des lois ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.