Les raves semblent se multiplier malgré l'interdiction des rassemblements

par LCI

  • info

Habituellement, c'est une commune du calme reposant, de la beauté des vignobles bourguignon, de la mélodie du chant des oiseaux. Mais la nuit dernière, la sérénité de Couchey a laissé place aux décibels, version rave-party. Une musique assourdissante crachée par de puissantes enceintes dans une menuiserie désaffectée. Toutes les règles sanitaires, ou presque, y ont été violées.Ce matin, la gendarmerie est venue interrompre les festivités. Le bilan est : une sono saisie, une interpellation et 165 verbalisations. Le maire de la ville, lui, est encore abasourdi. "C'est choquant de voir tout ça. C'est vrai que c'était complètement saccagé. Il n'y a pas de mot. C'est vrai que c'est impressionnant et c'est désagréable", réagit Gilles Carré.Les fêtards aperçus ce matin, eux, n'ont ni regret ni remord. "Je pense que c'est une soupape de décompression pour tout le monde. Ça fait des mois qu'on veut danser, faire la fête (...) Je sais le risque que je prends en venant, mais je pense que c'est essentiel", confie un jeune homme. "On était prêt à payer 135 euros d'amende pour tout ça. Les souvenirs étaient plus importants que les amendes qu'on allait pouvoir prendre. C'était le prix à payer", s'exprime une jeune femme.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.