Les partis pris : la suppression de l'ENA, la révolution hydrogène à la SNCF, et la gestion de l'épidémie de Covid-19 au Brésil

par LCI

  • info

Lors de la Convention managériale de l’Etat ce jeudi, le président de la République s'est exprimé sur la suppression de l'ENA. En 2022, elle sera remplacée par un "Institut du Service public". Pour Jean-Michel Aphatie, "l'ENA n'est pas morte". Lancé en Allemagne en 2018, le train à hydrogène débarquera bientôt en France. La SNCF a signé avec Alstom un contrat pour 12 rames destinées à quatre régions pionnières : l'Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté, le Grand Est et l'Occitanie. Les premiers essais sont prévus fin 2023. Selon Pascal Perri, "c'est l'heure H".Le Brésil est l'un des pays les plus touchés par le Covid-19. La pandémie a déjà tué plus de 340 000 personnes sur un total de 211 millions d’habitants. Pourtant, Jair Bolsonaro refuse de décréter un confinement national et demande même aux élus de renoncer aux mesures en place. Pour Abnousse Shalmani, le président brésilien compte ses morts.Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.