Les autorités américaines valident le scrutin, Donald Trump toujours en guerre

par LCI

  • info

Plus on décompte les votes à travers les États-Unis, et plus la victoire de Joe Biden est sans appel. Le dernier État à avoir communiqué ses résultats est l'Arizona, qui depuis 1996 avait toujours voté républicain. Cette fois-ci, la bascule s'est fait côté démocrate, permettant à Joe Biden d'obtenir 290 grands électeurs contre 217 à Donald Trump.Pour l'instant, aucun État n'a fait mention de fraude. "Je n'ai relevé aucune preuve de triche importante dans le vote. Et si tel avait été le cas, j'aurai immédiatement prévenu les autorités judiciaires", indique Josh Shapiro, procureur général de Pennsylvanie (États-Unis). Au niveau national, l'agence chargée de la surveillance du scrutin a publié un communiqué très clair : "l'élection du 3 novembre a été la plus sûre de toute l'histoire des États-Unis et elle n'a relevé aucune preuve de piratage".Dans ces circonstances, le refus de Donald Trump de reconnaître sa défaite inquiète de plus en plus. Pour Barack Obama, ancien président américain, "c'est un pas supplémentaire dans la délégitimation non seulement du futur gouvernement Biden, mais de la démocratie en général, et c'est dangereux". Pour l'instant, Donald Trump ne veut toujours pas céder. Au contraire, il prétend que près de trois millions de votes en sa faveur ont été annulés. Cependant, il ne dit ni où ni comment. Il n'a plus fait de déclaration publique depuis plusieurs jours et un certain nombre d'élus républicains commencent à dire qu'il faut entamer la passation de pouvoir avec Joe Biden. Donald Trump, qui est toujours le président en exercice des États-Unis, est donc de plus en plus isolé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.