Léa Seydoux et Vincent Cassel réveillent «La belle et la bête»

par Le Parisien

Tourné entièrement en studio près de Berlin, «La belle et la bête» version Christophe Gans revisite le conte fantastique filmé en 1946 par Jean Cocteau. «J'ai mis Belle au centre de l'intrigue et je montre les coulisses de la malédiction qui a changé le prince en bête» explique le réalisateur, avant d'ajouter : «J'ai a crée une version beaucoup plus féminine de cette oeuvre, car à l'origine l'histoire a été écrite par deux femmes».

A l'écran, le duo Seydoux-Cassel marche à merveille. Et si la petite fille du président de Pathé, qui produit le film, entretient «un rapport très fort au conte» depuis sa tendre enfance, ce n'est pas le cas de l'acteur français «qui n'a jamais adoré le petit chapon rouge», mais joue pour la deuxième fois le rôle d'un fauve avec Christophe Gans, qui l'avait repéré depuis le «Pacte des loups». Interview

http://www.leparisien.fr/#xtor=AL-1481423430

Vos réactions doivent respecter nos CGU.