Le robot Esperance à l’assaut de Mars : un atterrissage très risqué

par LCI

  • info

À l'instant même où nous parlons, la sonde arrive à proximité de la planète Mars. Elle fonce alors à 21 000 km/h. Il lui faudra sept minutes pour se poser sur le sol martien. Sept minutes où tout peut arriver. Avant Perseverance, beaucoup d'engins se sont écrasés. D'abord, l'engin rentre dans l'atmosphère martienne. Le bouclier thermique est chauffé à bloc. Le frottement va faire descendre sa vitesse de 21 000 à 420 km/h. La même technologie que pour son prédécesseur Curiosity. L'équipe française, qui a conçu la tête du robot, a déjà vécu ce moment et a ce soir les nerfs à vif.Une fois cette traversée faite, on va ouvrir les parachutes qui vont encore ralentir la sonde jusqu'à 70 km/h. Elle va alors s'ouvrir, et la plateforme qui soutient Perseverance va en sortir et actionner ses rétrofusées jusqu'au point d'atterrissage. La plateforme déposera ensuite délicatement le robot, et ira s'écraser plus loin pour ne pas l'endommager. À chaque étape, Perseverance enverra un message, mais entre la Terre et Mars, les communications ne sont pas instantanées.Une fois sur Mars, le robot déploiera ses appareils et commencera à travailler. Elle a pour mission de chercher la vie, celle qui a peut-être existé sur cette planète il y a près de trois milliards d'années.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.