Le parti pris de Caroline Fourest : la côte d'alerte de la violence en politique

par LCI

  • info

Le "tour de France" d'Emmanuel Macron aura été marqué par un incident dès sa deuxième étape. Alors qu'il allait au contact du public à Tain-L'Hermitage (Drôme), le président de la République a été giflé par un homme criant "Montjoie Saint Denis" et "à bas la Macronie". La vidéo de l'incident a été rapidement partagée sur les réseaux sociaux, tandis que l'acte était unanimement dénoncé dans la classe politique. L'auteur présumé de ce geste a été placé en garde à vue pour violences sur personne dépositaire de l’autorité publique. Tout comme une seconde personne, interpellée dans la foulée.Pour la journaliste, essayiste et réalisatrice, Caroline Fourest, toute la classe politique française sait qu'elle, toute la Nation et la République, sont visées par cette gifle. C'est rassurant que les politiques dénoncent cet acte à l'unanimité. Selon elle, c'est un climat qui ne surprend personne. On voit le niveau de violence de la société envers les institutions, envers l'État, envers la fonction présidentielle. Caroline estime que c'est une vraie dégénérescence démocratique, et que ce n'est que le début. Il y a des actes et des paroles prononcées qui peuvent mener au pire.Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.