Le fisc va pouvoir traquer les fraudeurs sur les réseaux sociaux

par LCI

  • info

Après sa mort, Johnny Hallyday avait été déclaré résident français par la justice à cause de son compte Instagram. Grâce aux informations de localisation des photos qu'il postait, il a été prouvé qu'il passait plus de temps dans l'Hexagone qu'aux États-Unis. Jusqu'à présent, ses données personnelles ne pouvaient être utilisées que dans les procédures judiciaires. Désormais, le fisc pourra s'en servir.Un algorithme va collecter et analyser les traces que vous laissez sur les réseaux sociaux ou les plateformes pour détecter d'éventuelles fraudes. Vous déclarez par exemple un revenu modeste, mais vous postez régulièrement des photos de lieux paradisiaques. Ou encore un brocanteur professionnel vend des objets sur un site de vente en ligne réservée aux particuliers, mais il ne les déclare pas dans ses bénéfices. Il sera désormais repéré.Cependant, toutes les données personnelles ne seront pas accessibles au fisc. Notamment celles protégées par un mot de passe. Ce qui est insuffisant pour Virginie Pradel, juriste, fiscaliste à Paris. Elle redoute une atteinte à la vie privée. Mais Bercy l'affirme. Le champ d'action de l'algorithme sera limité à seulement trois types de fraude : les activités non déclarées, les fausses domiciliations à l'étranger et les trafics de produits illicites. Ce dispositif est expérimental pour une durée de trois ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.