La ville de Naples, épicentre de la contestation et de l’épidémie

par LCI

  • info

Ils sont commerçants ou grossistes et au cœur de Naples, tous demandent la réouverture de leurs commerces ou la fin des taxes. Toute la région va passer en zone rouge. Une partie de Naples est déjà à bout de nerfs. Certains estiment ne plus pouvoir tenir, d'autres affirment qu'il faut vivre avec le virus et non confiner la ville. Les rassemblements sont très encadrés et surveillés par la police et les carabines italiennes. Il y a trois semaines, la ville a déjà été secoué par des manifestations parfois très violentes. Des émeutes en pleine ville pour protester contre le couvre-feu.Aujourd'hui, les hôpitaux sont saturés. Hier, le 12 novembre, des images ont horrifié toute l'Italie. Un malade du Covid-19 a été retrouvé sans vie dans les toilettes. La scène a été filmée par un patient, et à côté, une dizaine de personnes entassées dans la même pièce. Les hôpitaux craquent, car ils manquent de personnel médical. Des milliers d'infirmiers et de médecins sont infectés. Dans certains établissements, 10 % du personnel est en quarantaine. Nous avons rendez-vous avec le chef des urgences de Naples, Giuseppe Galano. D'après lui, les services ne pourront pas faire face et qu'il faut confiner tout le pays.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.