L’indigo, l’or bleu du Japon

par LCI

  • info

C'est une région où le bleu domine. Bleu du roi pacifique qui embrasse les terres de Tokushima, bleu turquoise des rivières qui s'enfonce dans les plaines de cette région de l'ouest du Japon, bleu violacet, presque noir, qui pénètre jusque dans les ongles des teinturiers d'indigo. Originaire d'Inde, les fleurs de l'indigotier ne sont pas bleues mais roses et blanches. Récoltées, séchées, fermentées pendant quatre mois, les feuilles sont ensuite mélangées à de l'eau. On y plonge des tissus, et lorsqu'ils ressortent au contact de l'air, ils deviennent indigo. Il existe une cinquantaine de nuance. C'est la méthode de teinture et l'origine naturelle du colorant qui permet de qualifier un vêtement d'indigo. Traditionnellement réservé aux vêtements, l'indigo est aujourd'hui utilisé pour teindre du bois, faire des meubles, des murs ou des planchers. C'est même la couleur choisie pour la mascotte des prochains JO de Tokyo l'été prochain. Dans la région de Tokushima, son élégance attire les touristes. Aujourd'hui, une nutritionniste vient d'ajouter une nouvelle vertus à l'indigo. Il serait bénéfique pour la santé et l'alimentation. C'est grâce à l'abondance de l'eau que la région est devenue le berceau de l'indigo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.