L’hôpital de Villefranche-sur-Saône victime d'une attaque informatique : quel impact ?

par LCI

  • info

Ils sont en première ligne depuis presque un an face à l'épidémie. Les hôpitaux français doivent aussi affronter d'autres menaces. Les pirates informatiques s'en prennent à ces établissements en attaquant leurs ordinateurs, leurs téléphones, leurs archives. Dernières victimes en date l’hôpital de Villefranche-sur-Saône dans le Rhône.Des écrans noirs partout dans le service des urgences de cet établissement. Les médecins ont ressorti les feuilles et les stylos. Dans la nuit de dimanche à lundi, l'hôpital Nord-Ouest et ses trois sites ont été victimes d'une cyberattaque de grande ampleur. Tout le système informatique se trouve paralyser. La direction est sous le choc. "C'est franchement dégueulasse, il n'y a pas d'autres mots. On est quand même une équipe qui est bien fatiguée. Et il faut rajouter ça en plus d'une crise qui évolue depuis un an. Ça fait un peu mal", s'indigne le docteur Frédéric Verbois, chef du pôle urgences.Trois mille ordinateurs sont à l'arrêt. Le personnel soignant se sent impuissant. "On cherche l'information, on cherche le patient, on cherche la prise de sang qui a été envoyée, on n'a pas des résultats dans les mêmes délais que d'habitude, donc tout se rallonge. Tout est beaucoup compliqué", déplore Dr Olivia Declerck, médecin urgentiste. Les 576 patients restent hospitalisés sur place. "Les SAMU et les pompiers ne nous orientent plus de patients graves. Par contre, les patients qui se présentent aux urgences sont accueillis et prises en charge", indique la directrice générale, Marie-Pierre Bongiovanni-Vergez. Une trentaine d'interventions chirurgicales programmée aujourd'hui ont été reportées. L'hôpital ne sait pas combien de temps cette attaque va durer et quelles données pourront être sauvées. Une rançon a été réclamée. Une enquête est en cours. Elle devrait être menée par L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.