Joggeuse disparue en Mayenne: La procureure indique que l'enquête est ouverte pour "enlèvement et séquestration" - Un homme est en garde à vue depuis et son emploi du temps est en train d'être vérifié

par Jeanmarcmorandini.com

Les recherches se font sur "un terrain à caractère difficile car étendu", indique la procureure de Laval Céline Maigné, précisant qu'une enquête a été ouverte du chef "d'enlèvement et séquestration" De son côté, le chef de groupement des gendarmes de Mayenne ajoute: "Nous avons fait intervenir deux équipes cynophiles. Il s'agit d'une enquête pour enlèvement et séquestration.

Il est également indiqué que l'homme qui est en garde à vue à une quarantaine d'année qui a téléphoné à plusieurs reprises à la gendarmerie hier. La procureure évoque des propos pas toujours cohérents qui sont en train d'être vérifiés par les enquêteurs.

Environ 200 gendarmes étaient mobilisés mardi en début d'après-midi pour tenter de retrouver une adolescente de 17 ans disparue depuis la veille en Mayenne, a-t-on appris auprès de la gendarmerie et du parquet de Laval.

"La disparition d’une jeune fille de 17 ans a été signalée à la gendarmerie locale hier soir à 18h50, les premières indications fournies précisant qu’elle était partie faire un jogging aux environs de 16h sur la commune de Saint-Brice", a indiqué la procureure de la République de Laval Céline Maigne dans un communiqué.

Concernant le dispositif, 200 gendarmes seront "engagés" en début d'après-midi, a indiqué à l'AFP la gendarmerie, contre 120 en début de matinée.

Des gendarmes de Mayenne, mais aussi du Maine-et-Loire et de la Sarthe étaient mobilisés, ainsi qu'un escadron, un hélicoptère venu de Rennes, une équipe cynophile et encore une brigade fluviale de Nantes afin de retrouver la jeune fille, selon la même source. "Ces efforts (pour la retrouver) sont pour l’heure restés vains", a ajouté la procureure. "Les premiers éléments recueillis, qui doivent désormais être exploités, ne permettent en l’état d’écarter aucune piste", indique la magistrate.

"La nécessité de préserver la qualité du travail d’enquête, dans l’intérêt de la jeune fille disparue et de ses proches, me conduit à appeler les personnes souhaitant apporter leur soutien à la famille à ne pas circuler dans la zone des recherches afin de ne pas perturber les investigations".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.