Jean-Baptiste Placca : "Ce qui reste à Compaoré, c'est sauver sa peau"

par RFI

  • info

Editorialiste à RFI, Jean-Baptiste Placca partage son point de vue sur la situation au Burkina Faso, sur les choix possibles pour Blaise Compaoré et sur l'éventualité d'une médiation extérieure.
"C'est un peuple qui est en train de prendre en main son destin, et de donner une leçon à l'Afrique par rapport à la propension d'un certain nombre de chefs d'Etat à s'imposer sur une période très longue à des populations sans se dire qu'il peut y avoir lassitude."
"Blaise Compaoré a fait énormément de choses pour faire évoluer son pays depuis 1987, mais il arrive un moment où il faut savoir passer la main..."
"La seule chose qui lui [Compaoré] reste à sauver, c'est sa peau. Le pouvoir, il l'a déjà perdu, de fait, même s'il parvenait à se maintenir dans son palais, la population l'a rejeté."
"Si les gens savent faire des médiations, qu'ils les fassent au moment où ça peut être utile !"
Propos recueillis par Ariane Poissonnier vendredi 31 octobre 2014.

 
0 commentaire - Jean-Baptiste Placca : "Ce qui reste à Compaoré, c'est sauver sa peau"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]