Hôpitaux, laboratoires... les établissements de santé de plus en plus victimes de cyberattaques

par LCI

  • info

Fin 2019, le CHU de Rouen a été victime d'une cyberattaque. Six mille ordinateurs ont été mis à l'arrêt. Il faudra une semaine pour que les services de réanimation redémarrent. Il n'y a pas que Rouen, d'autres hôpitaux ont été récemment la cible d'une attaque orchestrée en ligne. Le mouvement s'est même accéléré depuis le coronavirus. Interpol parle de cyber malfaiteurs qui prennent en otages les hôpitaux et les services médicaux, avec une augmentation importante du nombre de tentatives d'attaques. Les contaminations sont de plus en plus fulgurantes. En quelques secondes, par le biais d'un mail ou d'une clé USB, c'est tout un parc informatique qui peut se trouver anéanti. Sans aucune autre solution que tout remplacé. Dans un hôpital où l'argent est le nerf de la guerre, ce sont des millions d'euros de dépenses. Plus de 500 agents travaillent dans un lieu ultra sécurisé pour l'Etat. Leur rôle principal est de lutter contre les cyberattaques. Dans ce centre opérationnel, on traque nuit et jour des hackers. Oublié les clichés, ce ne sont plus des personnes agissant seules depuis leur canapé, mais un réseau très organisé, très puissant aussi et de nature différente.Dans les faits, l'Institut Pasteur, par exemple, est la cible chaque semaine de tentatives de cyberattaque. Heureusement, son système de défense est très robuste. Dans toute l'Europe, les établissements de santé sont désormais visés. La Commission européenne pointe directement du doigt la Chine, accusée de vouloir fragiliser les hôpitaux européens. Alors, pour s'armer face aux attaques, des jeux de rôle sont proposés pour les directeurs d'hôpitaux. Les formateurs réfléchissent à de pleins de scénario-catastrophe pour imaginer l'impensable, c'est-à-dire un hôpital à l'arrêt, et surtout comment l'éviter.En moyenne, toutes les semaines, un nouvel hôpital est la cible d'une cyberattaque en France. La bonne nouvelle, c'est qu'en 2020, notre système de santé est plutôt robuste.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.