Fête clandestine à Joinville : qui sont les propriétaires et que risquent-ils ?

par LCI

  • info

Des bouteilles d'alcool achetées en grande quantité, des shishas livrés dans des cartons... Dans une grande maison de deux étages Joinville-le-Pont (Val-de-Marne), des fêtes se tenaient même pendant le confinement, au moins une fois par semaine. Côté sécurité, un vigil est présent la nuit et un bâtiment est entouré de fil barbelé. Pour accéder aux soirées, une réservation est obligatoire sur Internet. Par précaution, les invitations disparaissent au bout de quelques minutes. Jusqu'à 300 convives se sont retrouvés en même temps dans le local dans la nuit de vendredi à samedi. Ce type de soirée existait depuis au moins le mois d'août, les invités devaient venir de la plus discrète des manières, surtout pendant le confinement. "Des groupes de gens entraient, peut-être par 30, mais très rapidement", nous explique une voisine. D'après la mairie, une dizaine de signalements visent ce bâtiment qui appartient à une SCI (Société Civile Immobilière), spécialisée dans le secteur de la location. Fin août par exemple, une invitation montre l'organisation d'une soirée libertine dans la maison. Olivier Dosne dénonce une activité illégale très difficile à retracer. Et suite aux évènements de ce week-end, il a décidé de porter plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.